Sport Santé et Culture

LES ERREURS RUNNING À ÉVITER

Découvrez le meilleur moyen de progresser avec plaisir et de mieux maîtriser vos sensations… et les 5 pièges dans lesquels ne pas sombrer.

 

Runner man training on the beach (L'Equipe)

 

1. Partir trop fort trop vite

L’enthousiasme peut être votre meilleur allié… mais aussi votre pire ennemi. Faute d’une conscience réelle de vos capacités, vous risquez de démarrer en ayant une vision inexacte de l’allure qui vous convient, de la durée optimale ou de vos qualités physiques. Et malheureusement découvrir le lendemain que vous aurez trop forcé et que vous auriez plus raisonnablement du démarrer modérément. D’autant qu’une mauvaise estimation de vos capacités peut entraîner douleurs au pied, au tibia et au genou, blessures et surmenage. Ne surestimez donc pas dans les premières minutes votre rythme, ne tentez pas de caler votre vitesse sur celle  de coureurs beaucoup plus aguerris, et privilégiez le confort des sensations à la performance.

2. Porter des chaussures inadaptées

Chaque coureur court différemment. C’est la raison pour laquelle vous devez impérativement sélectionner les chaussures qui correspondent le mieux à votre profil. Pour cela, de nombreux critères doivent entrer en compte : votre poids, la nature du terrain, la fréquence de votre entraînement, votre style de foulée. Maintien, amorti, légèreté : pour être votre meilleur compagnon, votre paire doit être parfaitement ajustée pour bien répartir la pression et vous garantir souplesse et confort.

3. Courir de manière homogène

Votre course, même de courte durée, doit se décomposer en plusieurs étapes. Pensez à démarrer à une allure lente pour mieux améliorer vos performances au fil de l’eau. Puis alternez rythme lent et plus rapide. Profitez notamment du relief pour alterner vitesse lente et vitesse plus soutenue. Travaillez ainsi sur la base de cycles de travail réguliers qui combinent des phases d’accélération et de récupération. Vous pourrez alors accroître progressivement votre VMA (vitesse maximale en aérobie).

4. Courir sans objectif

Pour vous fixer des objectifs raisonnables, adoptez un programme clair, précis, simple et facile à suivre. Et décidez de vous y tenir sur une durée de quelques semaines, pour avoir la garantie de progresser, sans manquer de séance pour alterner convenablement journées de repos et journées d’exercice. Vous débutez ? Suivez notre plan d’entraînement sur 8 semaines pour accéder au terme de ces 2 mois à votre premier Graal : le 5 kilomètres.

 

SPORT CONNECTÉ : 10 RAISONS DE S'Y METTRE

Encore sceptiques à l'idée de devenir des athlètes 2.0 ? Focus sur les 10 arguments qui vont vous convaincre de basculer dans la force obscure de ces accessoires high-tech au service du sport.

 

sportif connecté (L'Equipe)

 

1. Vous êtes coaché

C'est l'une des raisons les plus évidentes. Et pour cause ! Vous avez beau adorer le sport, vous n'êtes pas tous sportif de haut niveau. Le sport connecté c'est donc la solution pour ne jamais vous retrouver en panne sèche côté inspiration. Ces applis et autres accessoires high-tech représentent une ressource illimitée d'idées d'entraînements au moment de composer votre séance sur mesure.

2. Vous partagez vos perfs

Ce n'est pas de la prétention ou de la vantardise. Juste un atout motivation. Et que celui qui ne l'a jamais fait nous jette la première pierre ! Car publier sur Facebook votre dernière sortie running de 1 h 30 à un rythme de 11 km/h et recueillir les encouragements de tout votre entourage, c'est hyper gratifiant non ? 

3. Vous boostez votre motivation

Pas moyen de zapper votre séance pour cause de flemme aiguë, l'appli vous rappelle à l'ordre : vous n'avez pas enfilé les baskets de la semaine ! Le traqueur est tout aussi sévère : il faut sortir du canapé avant la fin de journée pour quitter la « zone rouge » d'inactivité et faire cesser ces conneries de rappel à l'ordre. Pas la peine de vous payer un coach en chair et en os, vous vous sentez tout autant engagé auprès de ces accessoires qui veillent gentiment mais sûrement.

4. Vous prenez soin de votre santé

Atteindre les 10 000 pas à la fin de chaque journée, ne pas rester plus d'une heure immobilisée ou faire du sport trois fois par semaine, certes, c'est très bon pour votre ligne. Mais ça l'est aussi pour la santé. Alors si ces gadgets surfent aussi sur les bienfaits de l'activité pour repousser maladies, médicaments et problèmes de santé diverses et variés, ça serait bête de vous en priver.

5. Vous repoussez vos limites

L'heure de piscine bouclée sans aucune idée du nombre de longueurs effectuées, vous vous en satisfaisiez très bien avant. Mais ça, c'était avant. Aujourd'hui, tout le monde aime savoir ce qu'il fait et où il va. Ce qui se permet de se fixer des objectifs précis mais surtout de les dépasser. Repousser ses limites, c'est la petite « drogue » 100 % naturelle qui donne une pêche d'enfer !

6. Vous progressez

Des mois que vous êtes régulier(e). Jamais une sortie zappée. Et pourtant, impossible de passer sous le cap de l'heure sur 10 bornes. Ras-le-bol de stagner. Grâce aux séances d'entraînement préprogrammées, adaptées à votre profil et votre objectif, vous découvrez des méthodes qui permettent d'évoluer. Et même si vous ne visez pas la compétition, c'est bon pour le moral.

7. Vous prenez confiance en vous

Vous pensez parfois que vous n'en avez pas fait assez. Ou pas bien fait. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Autre atout, l'objet connecté pousse à être plus régulier mais n'oblige à rien. Vous êtes maître et acteur de votre pratique, et décisionnaire. Et si vous progressez, maigrissez, si vous tenez le cap des trois séances hebdomadaires, vous ne remerciez personne d'autre que vous-même.

8. Vous ne badinez pas avec votre sécurité

Parfait si, un peu tête brûlée, vous avez tendance à vous mettre dans le rouge. Avec les objets connectés et leur outil de cardiofréquencemètre, vous progressez ou vous puisez dans vos graisses sans jamais vous mettre en danger. Côté sécurité, les outils GPS permettent également de tracer tous vos parcours outdoor. Sans vouloir penser au pire, cela peut être précieux en cas de chute ou pour que vos proches sachent où vous êtes.

9. Vous savez ce que vous faites

À moins de le faire à l'ancienne en notant les détails à chaque sortie dans un précieux bloc-notes, les objets connectés offrent un historique de vos séances de sport sur une année complète, avec un tas de statistiques afin d'évaluer votre progression en un coup d'œil.

10. Vous vous amusez tout simplement

En bref, vous devenez un petit Mario Bros qui avance niveau par niveau. Un programme, un défi à relever, les perspectives vont au-delà de la performance et de l'endurance : vous entrez dans une dimension ludique. Les applis ont des codes couleurs attrayants, des graphiques, des détails qui amusent et donnent envie de continuer. Le sport devient un jeu...

7 BONNES RAISONS DE SE METTRE À LA COURSE À PIED

7 bonnes raisons de se mettre à la course à piedPratiquez la course à pied et vous allez rajeunir ! Comme si cette raison ne suffisait pas, en voici 7 autres qui devraient convaincre les plus récalcitrants. Il faut dire que la course à pied est un sport particulièrement simple à pratiquer et accessible à tous...

La course à pied est le sport le plus simple et le plus accessible à tous. Il offre aussi aux pratiquants de multiples avantages en matière de santé.

La course à pied aide à prévenir les cancers 
C'est démontré scientifiquement : par rapport aux sédentaires, les personnes qui pratiquent la course à pied ont moins de cancers. Chez les femmes par exemple, le risque de cancer du sein est deux fois moindre. Comme lacourse à pied stimule le transit intestinal (les parois du gros intestin sont moins exposées aux agents cancéreux), les personnes qui pratiquent ce sport présentent aussi clairement moins de cancers du côlon. 

La course à pied est un bon somnifère naturel
Le sport en général, mais à condition de ne pas le pratiquer à un horaire trop proche du coucher, favorise l'endormissement et améliore la qualité du sommeil. C'est ainsi que l'on recommande aussi la course à pied aux personnes qui présentent des troubles du sommeil.

La course à pied améliore le moral
En favorisant la libération de certaines substances dans le cerveau comme les endorphines et la sérotonine, le sport améliore le moral des sportifs. Lacourse à pied permet aux personnes dépressives de réduire leur consommation de psychotropes. 

La course à pied contre l'arthrose
L'action est ici purement mécanique. Le fait de courir renforce les muscles et les os, et améliore aussi la lubrification des articulations. Résultat, la course à pied prévient le risque de souffrir d'arthrose. 

La course à pied retarde l'ostéoporose
Courir aide les os à se régénérer. Ils sont donc plus forts, plus résistants, ce qui contribue à retarder l'apparition de l'ostéoporose, maladie qui touche, rappelons-le, près de 20% des femmes ménopausées…

La course à pied en prévention du diabète
Le diabète de type 2 est une maladie actuellement en très forte progression. La pratique de la course à pied, au même titre que le sport en général, est une excellente façon de se prémunir contre cette affection, d'autant plus si l'on présente des facteurs de risque (antécédents familiaux, excès pondéral…). 

Courir contre les maladies cardiovasculaires
C'est simple, la course à pied s'attaque à tous les facteurs de risque cardiovasculaire. Courir régulièrement augmente le taux de bon cholestérol, diminue l'hypertension artérielle, la prise de poids, notamment la graisse abdominale (tour de taille) et l'anxiété. En s'attaquant à tous ces paramètres, la pratique de la course à pied se révèle très efficace pour lutter contre les maladies cardiovasculaires.

pourquoi 1 marathon fait 42.195 km?

Le marathon est une épreuve sportive de course à pied sur une distance de 42,195 kilomètres, généralement courue sur route.

Le marathon a été créé à l’occasion des Jeux olympiques d'Athènes de 1896, sur une idée du philosophe français Michel Bréal, pour commémorer la légende du messager grec Philippidès, qui aurait parcouru la distance de Marathon à Athènes pour annoncer la victoire contre les Perses en 490 av. J.-C. L’épreuve se courait jusqu’en 1921 sur une distance non fixée d’environ40 km avant que l’Association internationale des fédérations d'athlétisme n’en régule la distance.

Les marathons les plus prestigieux sont celui des Jeux olympiques d'été (quadriennal), celui des championnats du monde d'athlétisme (biennal) et ceux des World Marathon Majors (annuels) : Tokyo (fin février), Boston (mi-avril), Londres (fin avril),Berlin (fin septembre), Chicago (mi-octobre) et New York (début novembre).

 

Histoire

 

 

Le nom vient d’une anecdote antique : Philippidès, un messager grec qui aurait couru de Marathon à Athènes pour annoncer la victoire contre les Perses à l’issue de la bataille de Marathon lors de la première guerre Médique en -490. Arrivé à bout de souffle sur l’Aréopage, il y serait mort après avoir délivré son message.

Cette version est contredite par celle de l’historien grec Hérodote : lors du débarquement des Perses à Marathon, les Grecs auraient envoyé le messager Phidippidès, chercher de l’aide à Sparte, à plus de 220 kilomètres. Alors que les Spartiates ne répondaient pas, les Athéniens combattirent seuls, avec les Platéens1Plutarque rapporte des siècles plus tard que, d’aprèsHéraclide du Pont, c’est Thersippos l'Eroeus le messager authentique mais que, pour le plus grand nombre c’est un certain Euclès2, qui aurait parcouru au prix de sa vie la distance entre Marathon et Athènes pour annoncer la victoire3.

Marathon moderne

 

La distance du marathon faisait environ 40 km aux premiers Jeux olympiques modernes. Il faut attendre les Jeux de Londres en 1908 pour que la distance soit fixée à 26 miles terrestres. La fantaisie va faire valoir ses droits : la course doit partir de la pelouse du château de Windsor pour faire plaisir aux enfants de la famille royale, qui veulent assister au départ des concurrents (une douzaine!). Mais on décide au dernier moment que l'arrivée doit se faire au White City Stadium, devant la loge royale où Edouard VII est présent. Du coup, la distance ne tombe plus juste. Le marathon sera pour toujours fixé à 26 miles et 385 yards, soit 42,195 km.

En 1960, Abebe Bikila courut la distance sans chaussures et gagna, ainsi qu'en 1964 (avec chaussures), où il battit le record en 2 h 12 min 11 s.

Le premier marathon olympique féminin fut celui de Los Angeles, en 1984.

Le marathon occupe une place particulière aux Jeux olympiques d'été, l'épreuve a lieu le dernier jour et la remise des médailles a le privilège unique de se dérouler pendant la cérémonie de clôture. Il arrive fréquemment que l'épreuve soit la dernière des Jeux olympiques et que l'arrivée inaugure le début des festivités.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire